AccueilAccueil  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Les Sœurs du Rêve [la lettre - 2ème partie]

Aller en bas 
AuteurMessage
AlisonAgarwaen
Perfection au-dessus du Jardin ~
Perfection au-dessus du Jardin ~
AlisonAgarwaen

Nombre de messages : 1109
Classe : Iop
Familiers : Albator (Minimino), Artimus (Corbac), Elvira (dragoune rose) & Boudy (dragodinde rousse comme moi)
Date d'inscription : 27/07/2006

Les Sœurs du Rêve [la lettre - 2ème partie] Empty
MessageSujet: Les Sœurs du Rêve [la lettre - 2ème partie]   Les Sœurs du Rêve [la lettre - 2ème partie] EmptyJeu 24 Mai 2007 - 16:37

Très chère Alison,

il y a maintenant 7 années que nous ne nous sommes pas vues et que le destin nous a séparées. Tu dois avoir 21 ans… et je n'ose ajouter que j'ai peur parfois que tu ne sois plus vivante. Toujours est-il que je fais des songes où je te vois assez régulièrement…

… mais revenons à cette nuit, la dernière en ta compagnie. Le soir de tes 14 ans. Oh, je ne sais par quoi commencer… j'ai tellement de choses à écrire à une vieille amie… Reprenons juste le fil chronologique, ne soyons pas comme ces xélors qui détraquent le temps. Je suis partie par une belle nuit d'hiver, mes parents ont fuit car ils n'avaient pas d'autres choix… Ce fut un mal pour un bien. Si je perdais ta présence je gagnais la sécurité après de longues journées à marcher et une mer à traverser. Tu sais Alison j'ai bien conscience que nous étions des enfants mais l'amour que j'avais pour toi était très sincère, il l'est encore… Tu te demandes comment cette lettre a pu te parvenir ? Je préfère que tu n'en saches rien. Je fais des rêves très précis sur ce beau pays où tu habites et parfois tu y apparais… je sais que c'est toi même si tu as beaucoup changé. Tu as gardé tes jolies fossettes et tes tâches de rousseur… et une ride léonine est venue orner ton front, tes cheveux ont poussé aussi, et tu as l'air moins garçon. Tu t'es épaissie à force du travail et je suis sûre que les garçons te remarquent comme tu le souhaitais. Oh, oui je t'ai aimée Alison, comme une petite fille mais pour moi cet amour impossible était sans doute le plus pur qui soit. Il était, il est sans contrepartie.

Oui, c'est bien moi Kuruvinda qui t'écrit. Tu te souviens de moi j'espère… cette éniripsa rouge dont tu disais qu'elle te faisait honte parfois… Je suis bien loin à présent, je suis si loin de toi. Et si loin de mon enfance, de nos jeux idiots, quand on faisait le poirier ou que l'on chipait des fraises, qu'on lançait des cailloux sur les gelées pour les faire rebondir… Je ne sais même pas si tu as eu un jour des sentiments pour moi autre que de l'amitié… Tu as eu du doute et de l'incertitude sans doute, tu as eu de la gêne c'est certain, et je m'en excuse. J'étais excédée par cette fuite, j'avais besoin d'attention et de tendresse, j'avais peur de ce que j'avais vu et entendu, des menaces sur mes parents… Tu m'as manquée Alison, nos jeux m'ont manqués, garde bien ton innocence intacte et ne juge pas les gens, nous avons fuit par nécessité pas par goût. Et puis… j'ai rencontré ma sœur. Nous avions été séparées à la naissance, elle s'appelle Lena-Ira… Je te disais que mes parents servaient au Temple de Gisgoul, c'était faux ils étaient officiants là-bas, pas serviteurs, et ma sœur fût envoyée ici, où je suis à présent, à sa naissance pour recevoir une éducation purement consacrée à nos divinités. Voilà pourquoi mes parents sont partis quand le Temple de Gisgoul fût assiégé. Pour me protéger et pour que notre culte perdure. Pour ne pas perdre leurs filles ni l'occasion de les réunir un jour.

On nous appelle les Sœurs du Rêve ici ou les filles de Rubis.

Ce sont nos titres… et crois moi je préférais être une simple éniripsa. Mais, à 23 ans, j'ai des responsabilités ici, même si notre culte est considéré comme mineur, j'ai des fidèles… et je rêve… Je mange des choses qui font rêver, nos cérémonies sont longues et mes transes se poursuivent parfois plusieurs jours… Et tu m'apparais parfois. Tu as une tunique portant une croix vermillon, des boucles rousses, une épée blanche, celle du puissant chevalier peut-être et je te vois courir les landes ou affronter des chafers dans ce bouge qu'est la caverne d'Astrub, je te vois forger aussi… et je ne sais pas pourquoi je rêve tant à toi… Mais… moi qui était passée à autre chose, à mes divinités… je suis troublée, j'ai raté 7 années de ta vie et je pense que je ne te reverrais plus de toutes façons… l'une de nous deux périra bien assez vite dans ce monde si agressif…

Je voulais juste te dire que je pense à toi Alison et que tu ne connais pas la cruauté de revoir quelqu'un qu'on aime sans pouvoir lui parler. Rêver de toi me fait plaisir mais m'attriste selon que tu me manques ou pas.

Je n'ai pas besoin de ta permission pour t'aimer. Je n'ai pas besoin de retour non plus. Cet amour est complètement indépendant de ma volonté, il est immanent, il est là et c'est tout. Je ne le partage avec personne, je ne pourrais le partager avec personne. Tu ne le comprends pas et c'est tant pis pour toi. Mes sentiments sont comme une eau pure emplissant un vase et quand celui-ci arrive à déborder c'est qu'il est temps pour moi d'avoir un épanchement de mélancolie, de me recroqueviller par terre pour sangloter un peu. C'est comme ça et personne n'y peut rien.

Je t'ai aimée parce que je savais que j'allais te perdre, Alison. Et même si j'étais petite ce fût encore plus pur comme je l'ai écrit plus haut. C'était la découverte de ce sentiment pour moi qui n'avait jamais vu que sacrifices et ruines. Je suis prêtresse à présent et je ne puis faillir à mon culte mais quand je pense à notre enfance je suis troublée et je regrette mon innocence. Peut-être as-tu gardé la tienne ? Peut-être regardes-tu la vie avec ce même regard plein d'espoir… C'est précieux.

Ne devient pas amère, même si on te déçoit. Si tu souffres un jour pense à moi et j'enverrais mes pensées les plus positives. Vas jeter des orchidées devant le Temple des sacrieurs, je sais que tu aimes cet endroit, parfois je venais t'espionner… Tu chantais faux !

Avec cette lettre je touche peut-être ton cœur mais j'aurais préféré caresser ton visage ou tenir une boucle de tes cheveux.

Pense à moi encore un peu, moi je pense toujours à toi, rêves ou pas.

Kuruvinda, Sœur du Rêve

----- Deux palmes entrecroisées se superposent à la signature -----

_________________
Alison Brünhild Agarwaen Ulfdinn d'Ulwarth, dite " Sainte Alison "
Revenir en haut Aller en bas
 
Les Sœurs du Rêve [la lettre - 2ème partie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un Autre Monde :: ~ Un Autre Monde ~ :: RP — Écrits et Dessins ~-
Sauter vers: