AccueilAccueil  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Nomansland (Partie 1)

Aller en bas 
AuteurMessage
Kameoh
Julio Iglesias ~
Julio Iglesias ~
Kameoh

Nombre de messages : 393
Classe : Xélor
Date d'inscription : 19/07/2007

Nomansland (Partie 1) Empty
MessageSujet: Nomansland (Partie 1)   Nomansland (Partie 1) EmptySam 1 Déc 2007 - 19:29

Désolé d'être obligé de poster en deux parties mais j'ai eu un message comme quoi mon texte était trop long Shocked Embarassed . Il faut que ça m'arrive à moi évidemment^_^. Je savais bien que je trainais souvent en longueur, mais là, me l'entendre dire par une saleté de machine lol!

*********************************************************************************************************

Nomansland est une jeune fille bourrée de principes bien que ce ne soit pas complètement de sa faute. Chacun a son passé et son vécu. Chacun a son histoire. Ce n'est pas son vrai nom, mais un surnom qui lui a été donné alors que toute petite, presqu'un bébé encore, elle avait échappé à la vigilance de ses parents et s'était retrouvée au coeur de cette zone déserte sous les yeux médusés des soldats qui, de part et d'autre de ce no man's land, attendaient l'affrontement. Ce jour là, il n'y en avait pas eu d'ailleurs. Tous ces hommes, fiers combattants, n'avaient pas eu la moindre envie d'obéir aux ordres de leurs chefs respectifs qui leur intimer l'ordre de lancer l'assaut. Lancer l'assaut alors qu'une enfant va se retrouver en plein milieu des combats? Quelle folie ! Il en était hors de question. Ce jour là, le 21 septembaire, fut marqué "Jour de paix" sur le calendrier amaknéen et ce bout de terrain, naguère un no man's land, objet de convoitise absurde, fut décrété zone neutre et interdite à tous conflits.

Elle aimait donc être appelée ainsi et, ceux qui la connaissaient, le faisait comme si c'était là son véritable nom. Il faut dire qu'elle déteste tellement la violence qu'elle ne veut même pas tuer le moindre piou. Cela l'écoeure. "Tuer un oiseau", mais ça ne va pas non? Ils sont tout mignons les oiseaux. Et toutes ces jolies plumes multicolores qu'ils peuvent avoir. Comment avoir envie de ne plus admirer la beauté de la nature en les regardant?" disait-elle récemment encore à un chasseur qui se pavanait, à la taverne, d'en avoir tué des milliers et d'être désormais un maître en la matière. C'est qu'elle est un brin impertinente Nomansland. Elle a un peu la tête dure aussi et elle est souvent allergique aux hommes parce qu'elle sait que ce sont eux qui font les guerres. "A-t-on jamais vu une femme déclarer une guerre? A-t-on déjà vu une femme sur les champs de bataille? Sans compter que c'est d'une laideur abominable de voir une arme entre les mains d'une femme" répondait-elle à une sacrieuse, heureuse d'afficher ses grandes et longues ailes pour avoir atteint un prétendu honneur dans le meurtre de ce qu'elle jugeait lui être différent. Elle peut paraître un peu fofolle, un brin agaçante et très tatillone, mais il faut dire aussi qu'elle a perdu son père à cause de cette maudite guerre.

Nomansland est eniripsa, autant bien évidemment parce qu'elle est née comme ça que parce qu'elle aime panser les blessures, plutôt que de les causer. Elle aimerait faire comme son grand père, un vieil homme retiré dans la montagne des koalaks, le seul homme connu à ce jour que les koalaks n'attaquent pas quand ils le croisent parce qu'ils savent qu'il n'a pas juré leurs pertes. Nomansland aimerait faire comme son grand père donc, un modèle pour elle, une source d'inspiration constante ; Nomansland aimerait devenir alchimiste bien qu'elle réchigne à arracher des plantes à la terre. "Certaines sont médicinales, alors ce n'est pas par hasard" se disait-elle pour rendre hommage à cette nature qu'elle aimait tant. Elle pensait donc à son futur métier et pourquoi pas celui de tailleuse, métier qui la séduisait, même si elle se voyait mal couper des cuirs ayant, de fait, appartenus, à de pauvres animaux. "Des poils ou des plumes oui, si on les demande gentiment aux animaux, mais des cuirs, beurk, est-ce que je vais te tailler la peau à toi pour en faire une cape?" disait-elle naguère à un tailleur éberlué qui perfectionnait sa technique en prenant un peau d'animal sur le haut d'une pile de cuirs. C'est qu'elle à le tutoiement facile Nomansland, même si elle s'indigne parfois qu'on la tutoye. Elle est un peu maladroite, mais toujours sincère. Elle voudrait en faire des choses Nomansland, tellement de choses et elle a autant d'imagination que de rêves ; comme n'importe quel enfant sûrement. Nomansland se sent toute petite en comparaison de la sagesse que confère l'âge avancé de son grand père. Elle sait qu'elle aura du mal à aller le voir là haut dans sa montagne, lui qui est si vieux, lui qui ne peut plus descendre de lui-même parce qu'il est bien trop fatigué pour le faire, lui qu'elle n'a pas vu depuis si longtemps. Heureusement que les tofus express existent quand ils ne sont pas interceptés par quelques prédateurs affamés, sinon elle aurait bien plus de crainte quant à sa santé si elle n'avait pas le plaisir de tant à autre de lire ses missives qu'elle conserve précieusement. Elle sait qu'elle aura du mal à monter toute seule sur cette montagne pour aller le revoir parce que les koalaks ne voient pas encore en elle une amie et qu'elle refuse de forcer le passage en les tuant. Elle a déjà essayé et elle a eu peur en entendant le grognement d'une mama koalak qui ne faisait que protéger son petit. Elle veut rester confiante, mais reste encore déconfite devant l'aggressivité. "Quand je serai grandi, j'aurai plus peur et je passerai au milieu des mes amis les koalaks" avait-elle dit candidement à sa mère un jour, du haut de ses 8 ans et demi. Mais encore aujourd'hui, bien qu'adolescente, elle avait toujours un peu peur des koalaks. Elle ne voulait pas non plus profiter du massacre organisé par les aventuriers de toute sorte pour pouvoir passer parce qu'elle refusait de le voir. "Et comment es-tu arrivée jusqu'ici lui dirait sûrement son grand-père?". C'est qu'elle n'aime pas le mensonge Nomansland et elle se voyait mal lui avouer qu'elle était là grâce aux massacres des koalaks. Rien que cette pensée lui faisait honte. Elle voulait que son grand père soit fier d'elle et il lui manquait tellement. "Il n'en finit plus de vieillir ton grand-père et il est toujours alerte à son âge canonique de 97 ans. Tu sais qu'un de tes arrière-grand pères a vécu jusqu'à l'âge de 147 ans ma chèrie? La longévité est hérèditaire dans notre famille. Un jour, tu pourras le revoir, alors ne t'inquiétes pas." lui avait dit un jour sa mère pour la rassurer. Toutes ces longues années sans le voir commençaient quand même à lui peser, mais que pouvait-elle y faire? Elle ne pouvait pas monter à cause des koalaks qui pullulaient et lui ne pouvait plus descendre à cause de sa vieillesse. Mais elle savait qu'il était heureux là haut dans sa montagne qui représentait son choix de vie dans sa retraite d'ermite. "La vie est trop injuste" disait-elle par moment quand elle avait du vague à l'âme. Alors elle relisait ses lettres pour se remonter le moral et le temps de l'enfance passa ainsi pour elle.

A l'aube de son 14 ème anniversaire, Nomansland se rendit compte qu'elle n'avait pas assez de richesse pour acheter un simple livre, celui du tailleur. Cela la scandalisa. "Acheter un bouquin? Mais le savoir ne s'achète pas" a-t-elle répondu au bibliothécaire médusé qui lui disait que le manuel du tailleur n'était pas disponible gratuitement. C'est qu'elle en a du bon sens Nomansland malgré son jeune âge. C'est sûrement dû à l'éducation de sa mère qui lui apporte tant d'amour dans cette petite et humble masure où elles vivent toutes les deux.

Peu de jours aprés cette visite à la bibliothèque, alors qu'elle se baladait dans la fôret, non loin de sa maison, elle passa à côté d'une mine où s'affairaient quelques mineurs. Elle eut l'envie de savoir à quoi ressemblait l'intérieur. C'est qu'elle est curieuse Nomansland, un brin aventureuse et peu tête brûlée parfois. En s'enfonçant dans les entrailles de la terre, elle avança dans une semie-obscurité. Aprés plusieurs longues minutes de marche pendant lesquelles elle s'émerveillait à admirer les cristaux qui scintillaient sur les parois, elle entendit un bruit sourd et régulier. Elle se dirigea vers la source de ce bruit sans comprendre qu'elle commençait de plus en plus à se perdre dans un dédale de galeries étroites. La curiosité peut parfois être un vilain défaut quand elle sombre dans l'entêtement. Pourtant, elle ne rencontra pas un de ces craqueboules qui peuplent parfois les mines. L'inconscience de la jeunesse a parfois de la chance. Alors qu'elle se rapprochait et que le bruit se faisaient de plus en plus net, de plus en plus proche, elle finit par tomber nez à nez avec ce qu'elle prit pour une momie en train de miner. Elle eut un cri long et soudain qui fit sursauter cette étrange créature et qui, pourtant, d'une voix douce se mit à lui parler :

.... geek
Revenir en haut Aller en bas
 
Nomansland (Partie 1)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un Autre Monde :: ~ Les Feuilles de la Fleur ~ :: Un Petit Monde ~-
Sauter vers: